Visite de l’atelier de M. Frédéric MATAN au Pouget

Jean-François ELIAOU visite l’atelier de M. Frédéric MATAN – Entreprise du patrimoine vivant

 

Jean-François ELIAOU a visité l’atelier de M. Frédéric MATAN, tailleur de pierre et Maître artisan au Pouget.

M. MATAN a présenté ses réalisations exposées dans son nouveau showroom ouvert au public et a montré l’outillage impressionnant d’un tailleur de pierre .Toujours à la recherche de l’innovation et de nouveaux marchés, M. MATAN a montré ses nouvelles créations notamment des assiettes qui pourraient être destinées à de grands restaurateurs français. De plus, désireux de conquérir de nouveaux marchés à l’international, il a développé une gamme de produits privilégiant des structures d’un volume égal à un conteneur fret.

Entreprise du Patrimoine Vivant, M. MATAN a à cœur de faire vivre les métiers de l’artisanat. Il souhaite que soit défendu les intérêts des artisans d’excellence et a sollicité Jean-François ELIAOU à présenter une proposition de loi qui mettrait en valeur les artisans d’art, leurs ateliers et leurs savoir-faire. Le Député a été très attentif aux propositions faites.

Meilleur Ouvrier de France, il est délégué départemental de l’Hérault du comité d’organisation du concours « Un des Meilleurs Ouvriers de France ». Il accompagne les lauréats dans les travaux qu’ils doivent réaliser en vue de la finale.

C’est dans ce contexte qu’il a tenu à présenter au Député M. Julien BAILLON, coutelier d’art qui prépare activement cette finale .

M. BAILLON a exposé à Jean-François ELIAOU les techniques coutelières et les différentes étapes de création d’un couteau. Ses réalisations tiennent compte autant de la beauté de l’objet que de l’ergonomie qui doit répondre aux exigences de la clientèle. Il a également été évoquées les difficultés que peuvent rencontrer les jeunes créateurs lors de leur installation. Le Député a été particulièrement sensible à ce point.

Jean-François ELIAOU a été impressionné par l’enthousiasme et le dynamisme de MM MATAN et BAILLON dans leur défense d’un artisanat d’art d’excellence.