Culture : malgré la crise, notre soutien est sans précédent et nos engagements sont tenus

Culture : malgré la crise, notre soutien est sans précédent et nos engagements sont tenus

Avec la vaccination, la levée progressive des mesures de restriction, nous retrouvons avec un certain soulagement et beaucoup de bonheur nos lieux culturels. La fréquentation dans nos salles de cinéma, par exemple, a été au rendez-vous cette dernière semaine. Elle a été plus importante encore qu’à la même période en 2020 et de l’ordre de 80 % de ce qu’elle avait été en 2019 sur la même période, alors même qu’il n’y avait pas, évidemment en 2019, de jauge à 35 % dans les salles de cinéma. 

Depuis 2017, la culture est au cœur de notre engagement. Peu de majorités peuvent revendiquer d’en avoir fait autant pour les artistes, autant pour la création, autant pour les lieux de culture et pour le patrimoine. Nous l’avons montré à chaque instant. Nous l’avons incarné encore avec les aides de soutien massif qui ont été accordées au monde de la culture depuis plus d’un an. Pas un pays dans le monde n’en a fait autant, pas un pays n’a décidé de prendre en charge, par exemple, une année blanche pour tous ses intermittents. 

Ce sont ainsi plus de 11 milliards d’euros qui ont été mobilisés par le Gouvernement à la demande du président de la République pour le monde de la culture, dans le cadre de cette crise. Ce sont 11 milliards d’euros pour le Fonds de solidarité, pour des exonérations de charges, pour des aides sectorielles, pour le cinéma, pour la musique, pour le théâtre, pour les festivals, pour les musées. Ce sont des actions concrètes pour maintenir une activité pendant les fermetures, avec des aides pour la captation des spectacles ou encore le lancement de Culture Box. 

C’est aussi l’année blanche en faveur des intermittents, au cœur de notre politique de soutien qui a permis d’assurer un revenu à des milliers d’artistes depuis mars 2020 et que nous avons décidé de prolonger de 4 mois jusqu’au 31 décembre, avec des aides complémentaires qui se poursuivront pour les 12 mois suivants. Nous avons aidé dans la durée et nous aidons encore pour accompagner les réouvertures.

Ainsi, une enveloppe supplémentaire de près de 150 millions d’euros vient d’être débloquée par le Gouvernement pour soutenir le monde du cinéma et du spectacle vivant. Quant au fonds de solidarité, au chômage partiel, l’industrie culturelle pourra continuer à en bénéficier dans les mois qui viennent. 

Mais, aider les réouvertures n’a pas de sens si cela ne s’inscrit pas dans une démarche plus vaste, plus profonde en faveur de la culture et de l’émancipation de chacune et de chacun. La semaine dernière, le président de la République, accompagné de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a ainsi annoncé la généralisation du pass culture, à l’ensemble des jeunes de 18 ans avant d’étendre la démarche à partir du collège.

Concrètement, après deux ans d’expérimentation réussie, il s’agit d’offrir à 825.000 jeunes la possibilité de bénéficier de 500 euros pour aller au théâtre, pour aller à des concerts, pour se rendre dans des musées, dans des monuments, pour acheter un instrument de musique ou des livres. Ce sont ainsi 25 euros par an dès la classe de 4ème et en 3ème, puis 50 euros par an durant les 3 années du lycée et enfin 300 euros l’année de ses 18 ans, qui seront utilisables durant deux ans. 

Ce pass culture, c’est une promesse d’émancipation du président de la République qui se réalise. C’est la culture accessible à tous les jeunes. C’est une opportunité formidable aussi pour les acteurs culturels pour trouver de nouveaux publics. Enfin, ce pass culture est loin d’être la seule grande avancée de ce mandat en matière culturelle.

Nous avons aussi étendu l’extension de l’ouverture des bibliothèques ou le déploiement des Micro-Folies sur notre territoire. Deux autres exemples qui ont été rappelés ce matin en Conseil des ministres par Roselyne Bachelot, dont notre engagement d’offrir à chaque enfant une éducation artistique et culturelle.

Pour y parvenir, nous avons multiplié les partenariats entre les établissements scolaires et les structures culturelles. Nous avons lancé un Institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle qui sera inauguré en septembre. Nous avons formé et incité les artistes à intervenir auprès des élèves.

Les résultats sont là, 75 % des élèves ont bénéficié d’une action d’éducation artistique et culturelle en 2019. Et même si l’épidémie de Covid-19 a freiné ce mouvement évidemment, nous gardons notre objectif de 100 % d’élèves formés à l’éducation artistique et culturelle en 2022. Enfin, notre action volontariste en faveur du patrimoine.

Nous sommes les premiers à nous être engagés aussi fermement pour le restaurer, le sauver parfois.

Pour ne citer que ceux-là, c’est par exemple 160 millions d’euros investis pour la restauration des cathédrales et des monuments nationaux dans le cadre du plan de relance. Ainsi, fin avril, 19 cathédrales avaient déjà bénéficié de financements. Agir, soutenir financièrement notre patrimoine, c’est aussi agir pour la création et l’activité artistique contemporaine. Derrière notre patrimoine, il y a des métiers d’art ; il y a des artistes contemporains qui bénéficient évidemment aussi de cet investissement dont nous faisons preuve.