L’aide aux stocks sera versée dès le 25 mai

L’aide aux stocks sera versée dès le 25 mai Ce mardi 4 mai le Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, et le Ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises, Alain Griset, ont annoncé que l’aide aux stocks visant à soutenir les commerçants de l’habillement, de la chaussure, du sport, de la maroquinerie et des articles de voyage sera versée le 25 mai 2021. Cette aide est destinée à compenser les pertes financières associés aux stocks invendus pour les secteurs concernés, qui ont accumulé des niveaux de réserves plus importants que l’an passé et n’auront que de faibles possibilités de pouvoir les écouler, en raison de la nature saisonnière de leurs produits. Elle représente 80% du montant de l’aide touchée au titre du fonds de solidarité en novembre 2020, soit environ 5.600 euros en moyenne par commerce. L’aide pourra bénéficier à 36.000 entreprises de moins de 50 salariés. Pour les entreprises réalisant plus d’un million d’euros de chiffres d’affaires par mois, la problématique des stocks sera traitée dans le cadre du dispositif de la prise en charge des coûts fixes, précise le ministère …
Lire La Suite

« 1 jeune, 1 solution » : revalorisation exceptionnelle de la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle

« 1 jeune, 1 solution » : revalorisation exceptionnelle de la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle De trop nombreux jeunes renoncent encore à suivre un parcours vers l’emploi à cause de problèmes financiers. Pour que les difficultés financières ne soient pas un frein qui empêche un jeune de se former, nous avons revalorisé, pour la première fois en plus de 30 ans, la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle. Alors que la formation professionnelle représente un moyen privilégié d’accès à l’emploi durable pour les jeunes et les demandeurs d’emploi en recherche d’emploi, la rémunération qui accompagne cette formation n’avait pas été revalorisée depuis 1988. La ministre du Travail de l’Emploi et de l’Insertion avait annoncé en 2020, dans le cadre du plan « 1 jeune, 1 solution » et de France Relance, son intention d’y remédier. Grâce à un décret qu’elle a signé aujourd’hui, cette revalorisation sera effective à compter du 1er mai 2021. Le nouveau système a été simplifié. Il prévoit trois catégories de rémunération selon l’âge :  200 € par mois pour tous les stagiaires de la formation professionnelle âgés de 16 à 18 ans (contre 130 € jusqu’à présent) ;500 € par mois pour tous les stagiaires de la formation âgés de 18 à 25 ans révolus (contre un peu plus de 300 € auparavant) ;685 € par mois pour tous les stagiaires de la formation de plus de 26 ans (contre une rémunération de 401 € ou 652 € selon les cas, jusqu’à présent). Par ailleurs, un second décret simplifie les modalités de recours à cette rémunération des stagiaires de la formation professionnelle pour réduire les délais d’attente et en étend le bénéfice aux personnes en recherche d’emploi qui suivent un programme d’accompagnement financé par le Plan d’investissement dans les compétences.  …
Lire La Suite

Situation sanitaire au 30 avril

Situation sanitaire au 30 avril Le Président de la République confirme les étapes du calendrier de la campagne vaccinale Le Président de la République a confirmé, qu’à partir du 15 mai, les personnes de plus de 50 ans pourront être vaccinées. Puis, tous les adultes qui le souhaitent pourront se faire vacciner, à partir du 15 juin.  La vaccination ouverte à tous les plus de 18 ans atteints de comorbidités Dès demain, toutes les personnes de plus de 18 ans souffrant de comorbidités, telles que définies par la Haute Autorité de santé (comme l’hypertension artérielle, le diabète, l’asthme sévère ou l’obésité), pourront se faire vacciner. Près de 4 millions de personnes sont concernées. Cet élargissement conséquent de la cible vaccinale s’inscrit dans la continuité de la stratégie mise en œuvre depuis le début de la campagne : prioriser les publics éligibles en se concentrant sur les facteurs de risque individuel qui, au-delà du critère d’âge, restent prépondérants dans le développement de formes graves de la maladie.  Les personnes de plus de 18 ans, qui souffrent d’une ou de plusieurs comorbidités pourront donc désormais prendre rendez-vous en centre de vaccination selon les modalités habituelles déjà en vigueur pour les personnes âgées de plus de 50 ans présentant ces comorbidités. Sur simple déclaration de leur(s) comorbidité(s), ils pourront être vaccinés avec les vaccins Pfizer-BioNTech ou Moderna, sans nécessité d’une prescription médicale.  La Haute Autorité de Santé (HAS) saisie par le ministre de la Santé sur la possibilité d’ouvrir l’AstraZeneca à tous ceux qui le souhaitent  Ce vendredi, le ministre de la Santé et des Solidarités a déclaré avoir saisi la HAS pour étudier la possibilité de permettre à tous les volontaires, quel que soit leur âge, de se faire vacciner à l’AstraZeneca en signant une décharge. C’est un protocole adopté par certaines régions en Allemagne …
Lire La Suite

Retour progressif à la normale

Retour progressif à la normale Le président de la République a accordé une interview à la presse quotidienne régionale, publiée ce jeudi 29 avril 2021 en ligne, puis dans les éditions papier du vendredi 30 avril. Lors de sa dernière allocution aux Français le 31 mars dernier, le président de la République s’était engagé à revenir vers les Français pour « préciser un agenda de réouverture, et pour que chacun puisse aussi se projeter avec plus de visibilité dans les mois qui viennent. »  Le président de la République y présente les contours du calendrier des prochaines semaines et apporte à l’ensemble des territoires des réponses concrètes sur plusieurs sujets clé. Sa volonté est de donner un cap, une visibilité et de construire en concertation l’agenda de réouverture.  Lors de cet entretien, le chef de l’Etat a rappelé les principes qui guident l’action de l’exécutif depuis le début de la crise : la sécurité des Français, l’équilibre entre les différents rationnels (scientifique, psychologique, social) et la responsabilité dont chacun fait preuve.  Face à l’imprévisibilité du virus, le président de la République a souhaité que la levée des mesures de freinage soit progressive, et ce afin de ralentir, encore et toujours, son rythme de progression. Agenda de réouverture « Retrouver notre art de vivre à la française, en restant prudents et responsables. » Le Président de la République a souhaité donner la priorité à l’éducation avec, dès le 26 avril, la réouverture des écoles (« étape zéro »), suivie de 4 étapes de réouvertures progressives : 3 mai : fin des attestations et des restrictions de déplacement.19 mai : couvre-feu repoussé à 21h et réouverture des commerces, des terrasses, des musées, des salles de cinémas et théâtres avec des jauges limitées.9 juin : couvre-feu à 23h et ouverture des cafés et restaurants en intérieur et des salles de sport. Assouplissement du télétravail, en concertation avec les partenaires sociaux au niveau des entreprises.30 juin : fin du couvre-feu.  Ces mesures nationales pourront être tempérées par des « freins d’urgence » dans les territoires où le virus circulerait trop (taux d’incidence supérieur à 400 infections pour 100.000 habitants, augmentation brutale du taux, ou risque de saturation des services de réanimation).  Par ailleurs, dans la continuité des échanges avec les acteurs de la gestion de la crise sanitaire, ces mesures seront précisées dans le cadre d’une « grande phase de concertation » sur l’agenda et les protocoles de réouverture, comme l’a annoncé le président de la République dans son interview.  Cette grande concertation sera faite auprès de trois groupes d’acteurs mobilisés : les parlementaires, l’ensemble des partenaires sociaux et des professionnels des secteurs concernés et les élus des territoires. Ce travail de concertation donnera lieu à une présentation de mesures en détail par le Premier ministre, au cours de la semaine du 10 mai.  Stratégie vaccinale : « Notre combat, c’est de vacciner le plus vite possible pour augmenter notre immunité collective. »  Plus de 15 millions de primo-injections ont déjà été réalisées en France au sein de 1.700 centres de vaccination. Cette dynamique doit accélérer : dès ce weekend, ouverture de la vaccination aux plus de 18 ans ayant une surcharge pondérale sérieuse (IMC de 30 ou plus), soit 2,3 millions de personnes en France. Près de 2,5 milliards de doses ont été commande par l’UE par le biais de la Commission européenne. 250 millions de doses seront produites sur le sol français cette année. Le pass sanitaire : « un outil supplémentaire pour assurer la protection des Français. » Le Président de la République a précisé que le pass sanitaire ne doit pas être un droit d’accès qui différencie les Français. Il sera construit et défini dans le cadre d’un débat parlementaire. Il doit permettre …
Lire La Suite

Un déconfinement en 4 étapes

Un déconfinement en 4 étapes Alors que la fin des mesures de restriction de la circulation à compter du 3 mai avaient été annoncées, le Président de la République s’est exprimé ce 29 avril sur le calendrier du déconfinement. Il se déroulera en 4 étapes, soumises à l’évolution de la situation sanitaire par département : …
Lire La Suite

Lodève : découverte des Fromages du Salagou

Lodève : découverte des Fromages du Salagou Ce jeudi 29 avril, Jean-François ELIAOU et le Sous-Préfet Jean-François MONIOTTE ont rendu visite à la Coopérative ouvrière de production artisanale des Fromages du Salagou. Cette coopérative travaille de façon solidaire avec plusieurs producteurs de lait de chèvre et de vache locaux. Ces producteurs situés sur les communes de Carlencas, Soubès et Villecun, ainsi qu’au Larzac, au Caylar et la Couvertoirade. La coopérative, fondée en 2011, déploie sa distribution sur tout le territoire occitan. Le député et le Sous-Préfet ont pu voir les espaces de stockage des Fromages du Salagou ainsi que leur fabrication et la distribution. Fruits d’un terroir unique et d’un savoir faire de longue tradition, ces fromages font parti du patrimoine de notre territoire …
Lire La Suite

Cazevieille : Rencontre avec les Co’pains du Pic

Cazevieille : Rencontre avec les Co’pains du Pic Jean-Francois ELIAOU poursuit ses visites auprès des entreprises implantées dans la quatrième circonscription de l’Hérault. Ce mercredi 28 avril, le député s’est rendu à Cazevieille. Située sur d’anciennes écuries du XVIIe siècle rénovée au Pic Saint-Loup, la boulangerie gérée par les Co’pains du Pic fabrique des pains savoureux à partir de blés anciens et de levain de seigle. Ce pain, 100% français, est produit chaque jour dans le fournil des deux associés qui ont présenté au député le fonctionnement de cet endroit, avec la salle de fabrication et le four de cuisson …
Lire La Suite

Réouverture des écoles : première étape de la levée progressive des mesures de freinage de l’épidémie

Réouverture des écoles : première étape de la levée progressive des mesures de freinage de l’épidémie En déplacement à Melun ce lundi, le Président de la République s’est rendu dans une école élémentaire, accompagné du ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports. A cette occasion, il a salué la réouverture en présentiel des crèches ainsi que des écoles maternelles et élémentaires. Durant la crise, nous avons toujours fait le choix de l’école, car nous savons que fermer les écoles c’est creuser les inégalités, renforcer le décrochage et briser des destins. En mars, l’UNESCO mettait en garde contre une « catastrophe générationnelle » liée à la fermeture des écoles. Contrairement aux partisans de la fermeture des écoles, nous refusons que nos jeunes générations soient un dommage collatéral de la crise. Ainsi, toujours selon l’UNESCO, la France a été le pays européen qui a le moins fermé ses écoles depuis un an (mars 2020-mars 2021) avec 10 semaines de fermeture au total, contre 28 en Allemagne ou encore, outre-Atlantique, 47 aux Etats-Unis : c’est un motif de fierté nationale.  Le choix de l’école est aussi le choix de la sécurité sanitaire. Nous restons extrêmement vigilants et appliquons un protocole très strict : chaque classe fermera au premier cas de Covid détecté. Afin de garder l’épidémie sous contrôle, nous lançons des dépistages massifs à l’école. 64 millions d’auto-tests ont été commandés et seront acheminés vers les établissements scolaires. Ils permettront :  dès cette semaine, à tous les personnels de l’Education nationale de recevoir deux auto-tests à réaliser chez eux ;à partir du 10 mai, à tous les lycéens de plus de 15 ans pourront réaliser un auto-test par semaine dans leur établissement avec l’accord de leurs parents et sous supervision de personnels formés volontaires ;par ailleurs, nous réaliserons dès cette semaine 400 000 tests salivaires pour les élèves du premier degré, avec l’objectif de porter ce nombre à 600 000 par semaine. Dès leur rentrée en présentiel le 3 mai, les élèves de collège pourront également bénéficier de tests salivaires. Cette réouverture des écoles est la première étape d’un processus progressif, prudent, éventuellement territorialisé, de levée des restrictions qui pèsent sur nos quotidiens. Grâce à la bonne avancée de la vaccination et aux efforts des Français, nous pouvons donc commencer à identifier les prochaines étapes. Le 3 mai : la réouverture des collèges et des lycées et la levée des restrictions de déplacement ;La mi-mai : la réouverture des magasins, de certaines terrasses et de certains lieux de culture et de sport ;progressivement, jusqu’à l’été, la levée d’autres restrictions jusqu’à retrouver la vie la plus normale possible …
Lire La Suite

Montpellier : 76ème Journée nationale du souvenir

Montpellier : 76ème Journée nationale du souvenir Dans le cadre de la 76ème Journée nationale du souvenir ce 25 avril, organisée à Montpellier, Jean-François ELIAOU, ses collègues-députés et les élus héraultais ont rendu hommage au sacrifice des victimes et des héros de la déportation. Cette journée a pour vocation de rappeler à tous ce drame historique majeur, les leçons qui s’en dégagent, pour que de tels faits ne se reproduisent plus. Le nombre des déportés de France dans les camps de concentration ou d’extermination nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale est estimé à plus de 150 000 personnes, dont 80.000 victimes de mesures de répression (principalement des politiques et des résistants) et 75.000 Juifs, victimes de mesures de persécution touchant également les Tsiganes. Au total, disparaissent plus de 100.000 déportés partis de France. Avec la libération des camps puis le retour des premiers survivants, le monde entier mesure l’ampleur de la déportation et de son horreur. Dès le début des années 1950, les anciens déportés et les familles de disparus expriment le souhait de voir inscrite, dans le calendrier des commémorations nationales, une date réservée au souvenir de la déportation. C’est ainsi que la loi du 14 avril 1954 consacre le dernier dimanche d’avril au souvenir des victimes et des héros de la déportation. Cette date est retenue en raison de la proximité avec l’anniversaire de la libération de la plupart des camps, sans se confondre avec aucune fête ou célébration, nationale ou religieuse, existante …
Lire La Suite

Situation sanitaire au 22 avril 2021

Situation sanitaire au 22 avril 2021 Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 13.526.306 personnes ont reçu au moins une injection (soit 20,2 % de la population totale et 25,8 % de la population majeure) et 5.200.790 personnes ont reçu deux injections (soit 7,8 % de la population totale et 9,9 % de la population majeure).  Au total, dans les 24 dernières heures, 466.044 injections ont été réalisées. L’épidémie ralentit, un pic dépassé à l’hôpitalLa situation sanitaire s’améliore dans notre pays. Depuis dix jours, nous constatons une baisse réelle de la circulation virale : le nombre quotidien de nouveaux malades a baissé de 17 % en une semaine et s’établit aujourd’hui à un peu plus de 30.000 par jour. Le pic de la troisième vague semble donc derrière nous et la baisse de la pression épidémique est engagée. Dans nos établissements de santé, la pression reste très forte, puisque nous comptons actuellement près de 7.600 personnes hospitalisées en soins critiques dont près de 6.000 sont touchées par la Covid.  A l’échelle nationale, le nombre de patients admis en réanimation a atteint un plateau depuis quelques jours, et nous pouvons espérer le début d’un reflux des hospitalisations d’ici quelques jours. Mais en raison d’une décrue lente sur notre territoire et d’une situation épidémique très préoccupante dans d’autres pays, nous devons rester vigilants et poursuivre nos efforts. Un calendrier de réouverture progressive confirmé Comme le Président de la République l’a indiqué le 31 mars dernier, nous engagerons, dès la semaine prochaine, la réouverture progressive et prudente de notre pays.   Première étape, dès lundi, la réouverture des crèches ainsi que la reprise des cours en présentiel à l’école maternelle et l’école élémentaire. Ensuite, à partir du 3 mai, les collèges et lycées rouvriront et nous lèverons les limitations de déplacement en journée. Enfin, mi-mai, un nouvel ensemble de réouvertures devrait être possible en commençant par les commerces, certaines activités culturelles et sportives et les terrasses. Mais nous ne pourrons pas tout rouvrir d’un coup : nous avancerons par étapes, avec des protocoles adaptés, et, s’il le faut, de manière territorialisée.  Une vaccination qui continue à s’accélérer et des objectifs en passe d’être tenus D’ici la fin de la semaine, 14 millions de personnes auront reçu une première dose de vaccin, ce qui représente plus d’un quart de la population adulte. Nous affichons aujourd’hui un rythme de vaccination parmi les plus rapides d’Europe, qui nous permet de vacciner environ 2,5 millions de personnes par semaine. Grâce à notre pleine mobilisation nous avons déjà vacciné, avec au moins une première dose :  la quasitotalité des résidents d’EHPAD ;70 % des plus de 75 ans ;70% des soignants ont reçu au moins un vaccin. Depuis le week-end dernier, la vaccination des personnels enseignants et de la communauté éducative et des forces de l’ordre, âgés de plus de 55 ans, a été facilitée avec un accès prioritaire et des places réservées dans nos centres de vaccination.  Ce dispositif va désormais être ouvert à d’autres professions prioritaires, comme les conducteurs de bus ou les salariés des grandes surfaces commerciales. Pour poursuivre nos efforts, nous devons utiliser tous les vaccins à notre disposition. Le vaccin Astra Zeneca est un vaccin sûr et efficace : l’agence européenne du médicament et la Haute autorité de santé ont encore réaffirmé qu’il est aussi efficace contre les formes sévères que le vaccin Pfizer ou le Moderna. C’est pourquoi nous invitons toutes les personnes éligibles au vaccin Astra Zeneca à se faire vacciner. A présent, quel que soit son âge, toute personne vivant sous le même toit qu’une personne en situation d’immunodépression sévère peut se faire faire vacciner.  De plus, l’obésité étant un facteur de risque de forme grave, nous avons saisi les comités scientifiques …
Lire La Suite

Abonnez-vous à notre newsletter